Compétences et métiers

L’hydrogène est aujourd’hui identifié comme une industrie stratégique créatrice de valeur et d’emplois sur les territoires. A l’horizon 2030, plus de 100 000 emplois pourraient être créés ou convertis. Une formidable opportunité qui pousse à s’interroger sur les besoins en compétences de la filière industrielle de l’hydrogène et la formation associée.

Identifier les besoins en compétences-métiers des industriels de la filière, c’est assurer un déploiement pérenne et qui bénéficiera à tous. L’axe 3 de la Stratégie nationale pour le développement de l’hydrogène décarboné en France est notamment consacré au développement de compétences.

Des usines de production d’équipements clés pour la filière qui vont s’implanter sur les territoires, aux véhicules hydrogène qu’il sera nécessaire d’opérer et de maintenir, en passant par la conception et fabrication de composants, la filière hydrogène fait appel à de nombreuses compétences scientifiques et techniques.

Le référentiel national des compétences-métiers de la filière H2

Pour permettre aux acteurs de l’enseignement et de la formation d’adapter les formations existantes ou de mettre en place des formations spécifiques à la filière, il est nécessaire d’identifier toutes les compétences et métiers pour « coller » au plus près des besoins des industriels de la filière. France Hydrogène publie un référentiel national des compétences et des métiers de la filière hydrogène.

Ce référentiel est réalisé à partir d’une bibliographie d’études réalisées aux niveaux européen, nationale et territorial complétée par des entretiens avec des industriels de la filière hydrogène. Il identifie et qualifie les compétences techniques et non techniques nécessaires à 84 métiers recensés, pointe 17 métiers d’ores et déjà en tension, mentionne le niveau de formation ainsi que le niveau de connaissance nécessaire sur l’hydrogène aussi appelé « coloration hydrogène ».

Les métiers du référentiel

84 métiers référencés et qualifiés. 17 sont d’ores et déjà identifiés comme étant en tension : par exemple, les électromécaniciens, soudeurs, techniciens de maintenance en génie climatique ou de maintenance industrielle, analyste des risques, … Ces métiers sont déjà mobilisés sur d’autres filières industrielles.

Les compétences

14 domaines techniques référencés comme le génie civil, génie climatique, génie des procédés, génies électrique, informatique ou mécanique. 25 sous-domaines associés.

Le référentiel identifie également 5 domaines non techniques comme la gestion de projets, le management ou la maîtrise de l’anglais.

Les niveaux de formation

Ingénieurs, techniciens, opérateurs mais aussi les qualifications du métiers (certificats par exemple) ainsi qu’une indication sur le niveau de connaissance nécessaire sur l’hydrogène (niveau de base ou expert) appelé également « coloration hydrogène ».

Les « objets »

Le référentiel propose l’identification de compétences et de métiers selon les cycles d’activités des industriels (conception, fabrication, installation, opération, maintenance) et selon une vingtaine « d’objets » ou briques technologiques (électrolyseur, système de stockage, de compression, station de distribution, pile à combustible, véhicules légers ou lourds, …)

Le livre blanc des compétences et métiers de la filière hydrogène